Show Menu

Signaux Linux Cheat Sheet by

Un tour d'horizon des 64 signaux disponibles dans Linux.
linux     signaux     sighup     sigint     sigquit     sigill     sigtrap     sigabrt     sigbus     sigfpe     sigkill     sigusr1     sigsegv     sigusr2     sigpipe     sigalrm     sigterm     sigstkflt     sigchld     sigcont     sigstop     sigtstp     sigttin     sigttou     sigurg     sigxcpu     sigxfsz     sigvtalrm     sigprof     sigwinch     sigio     sigpwr     sigsys

3 règles

1. Seul root peut manipuler les processus des autres utilis­ateurs et du système,
2. Un utilis­ateur ne peut agir que sur les processus qu’il possède,
3. init (PID 1) est parfai­tement insensible à tout ça.

Un programme recevant un signal a 4 altern­atives

Igno­rer
Le signal lui passe dessus comme un pet de coucou sur une toile cirée (c’est le cas quand le logiciel ne dispose d’aucun mécanisme approprié pour réagir ; blame the developer !)
Susp­endre
L’exéc­ution du processus est suspendue. Il reste en mémoire, attendant une action de son processus père, qui peut le stopper totalement ou poursuivre son déroul­ement sous d’autres conditions (en tâche de fond, par exemple).
Quit­ter
Le signal provoque l’arrêt du processus. Dans certains cas, un fichier core (comme dans core dump) destiné à être exploité par un debugger est écrit sur un disque.
Exéc­uter
Une fonction dédiée à la gestion du signal est exécutée, puis le logiciel reprend son cours normal.

2 types de signaux

Type
Numé­ros
Class­ique
1-31
Temps­-réel
32-64

Les signaux « temps-réel »

Tout ce qui est au-delà de 31 correspond à des signaux dits « temps-réel » config­urables comme on le veut. Leur nombre exact est défini par les macros SIGRTMIN et SIGRTMAX. Qu’est-ce qui différ­encie les signaux classiques des signaux TR (RT pour Real Time en Anglais) ?

Premiè­rement, au contraire de ce qui se passe pour un signal classique, aucune occurrence d’un signal TR ne se perd, même si elle vient en doublon ou plus. Toutes sont placées dans une file d’attente selon leur ordre de priorité (plus bas est le numéro du signal, plus haute est sa priorité).

Deuxiè­mement, il est possible de commun­iquer une valeur entière ou un pointeur en accomp­agn­ement d’un signal TR.

Troisi­ème­ment, si plusieurs signaux TR du même type sont envoyés à un processus, ils sont exécutés dans leur ordre d’arrivée.

Quatri­ème­ment, les signaux TR ne sont jamais déclenchés par le kernel, mais par l’util­isa­teur. Ils sont, un peu à la manière de SIGUSR1 et SIGUSR2, définis en fonction des besoins.

Les signaux classiques

1
SIGHUP
Fin de connexion (hang­-up) du terminal de contrôle. Peut être envoyé manuel­lement à un daemon afin qu’il se réinit­ialise.
2
SIGINT
Interr­uption en provenance du clavier (Ctrl + C). Peut être ignoré, intercepté ou bloqué. Quitte propre­ment.
3
SIGQUIT
Interr­uption en provenance du clavier (Ctrl + \). Même chose que SIGINT à cela près qu’un fichier core dump est généré.
4
SIGILL
Le programme a tenté d’exécuter une instru­ction invalide ou non-su­pportée par le microp­roc­esseur / le coproc­esseur arithm­étique.
5
SIGTRAP
Utilisé pour indiquer à un programme en cours de debug qu’un point d’arrêt a été atteint.
6
SIGABRT
Ce signal est émis lorsqu’un programme rencontre un problème forçant son arrêt. Génère un core dump.
7
SIGBUS
Ce signal est émis lorsqu’un programme tente d’utiliser une adresse mémoire invalide (mauvais aligne­ment, adresse impaire, adresse indisp­oni­ble…).
8
SIGFPE
Erreur arithm­étique (division par zéro). Génère un core dump et tombe raide mort.
9
SIGKILL
On signale au kernel qu’on veut stopper net un processus. Ne peut être ni ignoré, ni interc­epté, ni bloqué.
10
SIGUSR1
Par défaut un logiciel recevant ce signal s’arrête, à moins que son progra­mmeur n’ait prévu quelque chose d’autre (afficher des statis­tiques, écrire dans un fichier journal…). C’est en quelque sorte un signal person­nal­isable pouvant servir à déclencher ce qu’on veut.
11
SIGSEGV
Erreur de protection mémoire (segm­ent­ation fault). Cela se produit quand un processus demande à écrire à une adresse ne figurant pas dans son espace d’adre­ssage.
12
SIGUSR2
Idem SIGUSR1.
13
SIGPIPE
Le fameux Broken pipe. Survient quand on envoie des données dans un tuyau (pipe) alors que personne n’est à l’autre bout pour les récupérer.
14
SIGALRM
Utilisé pour programmer des tempor­isa­tions sur des opérations bloquantes ou suscep­tibles de l’être (lectu­re/­écr­iture sur un volume réseau par exemple).
15
SIGTERM
Une invitation à quitter proprement est envoyée au processus. Peut être ignoré, intercepté ou bloqué. La différence avec SIGINT ? Aucune combin­aison de touches ne permet de générer un SIGTERM.
16
SIGSTKFLT
Indique une erreur de pile. Normal­ement pas utilisé. Par défaut, provoque l’arrêt du programme.
17
SIGCHLD
Un des processus fils est mort ou a été arrêté.
18
SIGCONT
Redéma­rrage d’un processus tempor­air­ement arrêté.
19
SIGSTOP
Arrêt temporaire d’un processus (ne peut être ignoré).
20
SIGTSTP
Arrêt temporaire d’un processus (Ctrl + Z). Peut être ignoré.
21
SIGTTIN
Signal envoyé à un processus lorsqu’il tente de lire depuis son terminal alors qu’il est en tâche de fond (un processus en tâche de fond ne peut pas lire/é­crire via un terminal).
22
SIGTTOU
Signal envoyé à un processus lorsqu’il tente d’écrire sur son terminal alors qu’il est en tâche de fond (un processus en tâche de fond ne peut pas lire/é­crire via un terminal).
23
SIGURG
Indique à un processus que des données dites « hors-bande » sont arrivées sur un socket TCP/IP. Les données « hors-bande » sont à un flux réseau ce que les caractères de contrôle sont à une chaîne de caract­ères.
24
SIGXCPU
Émis par le kernel quand un processus dépasse le temps d’util­isation CPU qui lui a été alloué.
25
SIGXFSZ
Émis par le kernel quand un processus tente de créer un fichier trop grand.
26
SIGVTALRM
Indique le déclen­chement d’un timer virtuel. Comparable à une sonnerie de réveil pour processus.
27
SIGPROF
Indique le déclen­chement d’un timer dit « de profiling ». On fait du profi­ling sur un processus quand on veut en améliorer les perfor­mances.
28
SIGWINCH
La fenêtre du terminal a été redime­nsi­onnée.
29
SIGIO
Ne pas confondre avec SIGIOT, l’équi­valent sous UNIX System V du SIGABRT de Linux. Indique à un processus qu’il peut effectuer une opération d’entr­ée/­sortie (I/O).
30
SIGPWR
Indique un problème d’alim­ent­ation. Utile notamment sur systèmes mobiles ou alimentés via un onduleur suite à une coupure du secteur.
31
SIGSYS
Le programme a tenté d’appeler une fonction système invalide.

5 exemples

Redémarrer un daemon
/bin/kill -SIGHUP PID
/bin/kill -1 PID
Arrêter proprement un processus
/bin/kill -SIGTERM PID
/bin/kill -15 PID
Arrêter brutal­ement un processus
/bin/kill -SIGKILL PID
/bin/kill -9 PID
Mettre un processus en pause
/bin/kill -SIGSTOP PID
/bin/kill -19 PID
Sortir un processus de pause
/bin/kill -SIGCONT PID
/bin/kill -18 PID

Download the Signaux Linux Cheat Sheet

3 Pages
//media.cheatography.com/storage/thumb/tme520_signaux-linux.750.jpg

PDF (recommended)

Alternative Downloads

Share This Cheat Sheet!

Like this cheat sheet? Check out our sponsors!

Readable.io is a collection of tools to make your writing better. More readable content means higher conversion rates and better reader engagement. Measure website and document readability, measure keyword density and more!

Click Here To Get Started!

 

Comments

No comments yet. Add yours below!

Add a Comment

Your Comment

Please enter your name.

    Please enter your email address

      Please enter your Comment.

          Related Cheat Sheets

          Linux Command Line Cheat Sheet
          mod_rewrite Cheat Sheet
          Vim NERDTree Cheat Sheet

          More Cheat Sheets by TME520

          grep Cheat Sheet
          ping Cheat Sheet
          dwm Cheat Sheet